Toute l'information sur l'immobilier neuf pour réussir votre projet

Mireille Vernerey, Ogic : "notre ambition est que tous nos projets soient labellisés BiodiverCity® en 2020"

Publié le 08 janvier 2019

Ogic est un promoteur qui connaît un fort développement, avec en 2017 un CA de 441 M€ pour 1700 réservations de logements. Sa Directrice Générale Logement, Mireille Vernerey, nous présente la démarche et les projets de ce promoteur implanté en Île-de-France, Rhône-Alpes et Paca.

Quelle est l’attitude d’Ogic dans l’approche de son métier ?

Ogic poursuit une démarche singulière, qui l’a amené à tripler son activité depuis 2014. Cette montée en puissance s’appuie sur une façon différente de travailler : nous tenons à rester des artisans. Chaque projet est regardé de façon autonome, avec une approche du site, une analyse fine de l’environnement. Nous ne sommes pas dans la recherche de volume.

Cela se vérifie par exemple dans les projets de réhabilitation d’édifices publics, que nous apprécions en dépit de leur complexité, car il n’y a pas pire empreinte écologique que la démolition. Il faut avoir une conscience forte de l’impact de ces lieux sur leur environnement comme pour l’Hôpital Richaud à Versailles, autour duquel nous avons implanté un environnement paysager. Comme aussi pour la réhabilitation de l’ancienne prison Saint Joseph à Lyon, réalisée avec le Fondation Habitat et Humanisme : le projet La vie grande ouverte comprend 105 logements en accession, 131 logements intergénérationnels, 66 logements sociaux locatifs, 11 000 m² de bureaux, des commerces et restaurants.

Parallèlement, quelle est votre approche de l’immobilier neuf ?

C’est une approche qui fait appel à plusieurs paramètres, en symbiose avec l’environnement. La réversibilité en est un, qui consiste à ce qu’un bâtiment puisse être consacré à des logements ou à des bureaux. C’est ce que nous réalisons dans des projets comme Ydéal Confluence à Lyon, un projet qui réunit beaucoup d’expérimentations. Nous travaillons aussi sur les bâtiments flexibles, qui permettent de gérer l’espace : quand un logement devient trop grand (les enfants sont partis par exemple), une ou deux pièces peuvent changer d’usager. Cela implique que les copropriétés s’y adaptent.

Autre aspect : la reconquête de la ville par la nature, qui est vraiment chevillée au corps de notre équipe. Les villes vont continuer à grossir, et si longtemps l’homme s’est adapté à la ville, nous pensons qu’aujourd’hui la ville doit s’adapter à l’homme pour rester vivable. Et la réconciliation de la ville avec la nature est pour nous une des conditions essentielles au maintien d’un certain bien-être des habitants. C’est pourquoi nous faisons appel pour chaque projet à des paysagistes, des écologues chargés de la biodiversité, comme pour le projet 1000 arbres, à Paris, qui comportera logements, hôtel, bureaux et commerces, et mille arbres plantés au-dessus du périphérique.

Nous voulons rendre les projets plus humains, plus verts, et aussi plus solidaires, avec des lieux de convivialité. Nous accompagnons les habitants dans cette démarche avec des jardins partagés, des cuisines extérieures, des salles de gym, des parcours de santé, des chambres d’hôtes, des conciergeries, des voitures ou vélos électriques… Nous devons répondre aux aspirations nouvelles des habitants. C’est l’application de notre plateforme de marque : une nouvelle nature de ville.

La résidence éco-conçue New G à Paris 13ème (75)

L’architecture se doit d’être en harmonie avec ces projets ?

Nous travaillons avec tous les grands architectes et nous continuons à découvrir de nouveaux talents que nous laissons libres dans l’expression des façades et du choix des matériaux, tout en recherchant la maîtrise du coût construction.  À Ydéal Confluence à Lyon, nous utilisons pour le bâtiment de bureaux l’Orangeraie les matériaux les plus naturels qui soient : la terre et l’eau. Le pisé, mélange de terre crue et d’eau, possède depuis des millénaires des qualités naturelles de régulation climatique tout à fait remarquables. Ce bâtiment en terre crue porteuse sera équipé de bottes et d’un chapeau (c‘est-à-dire un soubassement imperméable et une toiture avec un large débord) ! !

Tout cela va dans le bon sens, et bientôt l’ensemble de nos projets sera labellisé BiodiverCity®.

On est là dans l’optimisation énergétique…

C'est en effet pour nous un autre cheval de bataille. Par exemple Ydéal Confluence est doté d’une convention d’auto-consommation. L’énergie solaire produite sera stockée sur place pour être consommée plus tard. Là encore, c’est compliqué car il faut faire évoluer les règles.

Dans le même esprit il y a un projet à La Ciotat conçu autour d'un immense hall-jardin central qui constitue un amortisseur de chocs thermiques extrêmement performant.

En fait nous sommes dans une démarche globale, au centre de laquelle se trouve le futur utilisateur. À titre d’exemple, avec notre projet New G à Paris, nous avons appliqué le concept du « nudge » à l’habitat. Nous cherchons, par un ensemble de grandes options et de détails, à inciter au souci de l’environnement conjointement au souci de soi. La conception est concernée dès le plan masse. Il faut par exemple valoriser l’escalier pour en encourager l’usage, ou installer des pommeaux de douche qui changent de couleur en fonction de la consommation d’eau. Tout ce travail de recherche est porté par l’équipe « innovation » et partagé avec l’ensemble des collaborateurs.

Retrouvez les résidences du promoteur.

A lire aussi :

Faire une recherche

Le Journal du neuf

Découvrez toute l’actualité et la sélection des meilleurs programmes de votre département
Télécharger le journal

Vous avez une question ?

Vous avez une interrogation sur un sujet ? Posez votre question à notre rédaction, nous traitons le sujet et nos experts vous répondent !

Poser une question